Le SCALING pour exploser en trading

 

C'est quoi le scaling?

Le scaling est un terme anglais qui veut dire « adapter la taille ». En finance, il est utilisé pour parler de la gestion de la taille de position. C'est à dire le nombre de contrats que l'on achète ou que l'on vend pour chaque position.


 

L'intérêt du scaling ?

Il existe 2 façons de faire fructifier son compte de trading :

1/ Je fais des trades raisonnés et je privilégie le contrôle du risque que je souhaite minimum pour faire fructifier mon capital. Objectif 10 à 20% par an, mais avec un risque maximal contenu entre 5 et 10%. Il est évident que pour que cette façon de faire soit intéressante, il vaut mieux avoir un capital de départ conséquent. Car fait 20% sur un compte de 1000 euros, ça ne changera pas notre quotidien.

2/ Je prends des risques très importants. Si ça paye je peux devenir riche, mais si ça plante, je fais littéralement sauter mon compte.

Lorsque l'on prend des risques qui ne sont pas calculés, ça revient peu ou prou à mettre tout sur le rouge au casino (voire à jouer sur les options binaires, qui sont des sous jacents dérivés de l'industrie du jeu http://www.docteuroptionsbinaires.com/ ), ou bien à acheter un ticket de loto. Il y a bien un gagnant à chaque tirage mais rares sont ceux qui vont gagner gros deux fois d'affilée.

 


 

Gérer la casse avec le scaling

Le scaling est la solution qui doit nous aider à prendre des risques malgré tout calculés mais qui doit nous donner la possibilité de maximiser nos gains lorsqu'on va rencontrer une bonne série. Il n'y a rien de plus dommage que de limiter ses gains lorsqu'on traverse des conditions de marché parfaites pour le trading.

Si en revanche ça se passe mal, le scaling doit nous aider à réduire la voilure et à limiter la casse. Pour autant les miracles n'existent pas, il y aura quand même un peu de casse.

 


 

Le Scaling est une sorte de turbo !

Idéalement le scaling est une solution ou l'on sait que l'on va prendre plus de risques mais si ces risques payent on va gagner BEAUCOUP plus d'argent que si on n'ajustait pas la taille de sa position. C'est l'équivalent du turbo sur une voiture. On apporte de l'air frais sous pression dans le moteur pour que la performance soit plus importante.

Avec le scaling, on va parier petit sur une solution qui peut rapporter gros. Si la première fois ça ne fonctionne pas, on peut recommencer.

Au pire, au bout de 3 ou 4 fois, il y a fort à parier qu'on soit dans le bon wagon et cette fois ci on va faire exploser les compteurs de gain.

Avec des marchés qui sont plus mous et moins prévisibles qu'avant c'est la solution la plus intelligente pour multiplier son capital.


 

La contrainte des contrats sous jacent

Le trading se résume à un exercice d'une apparente simplicité, à quel prix j'achète et à quel prix je revend.

Pourtant il y a un élément qui est trop souvent ignoré, quel volume je dois placer ?

Cette notion est ignorée pour plusieurs raisons. La principale c'est que la plupart des produits financiers valent pas mal d'argent et qu'on ne peut souvent en acheter qu'un seul avec son capital.

Le principal intérêt des CFD, c'est justement d'avoir accès à des produits financiers qui sont bien plus petits que ceux traditionnellement accessibles sur le marché. Lire le long article que j'ai rédigé en partie ici : http://www.objectifeco.com/A/les-atouts-et-inconvenients-des-cfd-lire-la-synthese-complete.html

Prenons le cas de l'OR, un contrat future sur l'OR traité sur le NYMEX vaut 130 000 dollars lorsque l'or cote 1300. Vous en conviendrez, c'est un actif qui n'est pas à la portée de toutes les bourses.

Or sur les CFD, le contrat Or, ne vaut que 1 300 dollars, soit 1000 euros environ.

Vous comprenez maintenant pourquoi les CFD sont l'outil idéal pour ajuster son volume en fonction de sa position. L'actif sur lequel on trade valant beaucoup moins, on peut et on doit décider du volume qu'on va acheter.

Et ce choix peut avoir un impact important sur vos résultats comme on va le voir.


 

Comment le scaling marche ?

Concrètement le scaling c'est l'exercice qui consiste à faire varier la taille de sa position en fonction de ses résultats de trading.

Cette question se pose pour tous les traders. Imaginons que je trade avec 1 contrat, après une bonne série de gains, à quel moment je dois passer à 2 contrats ?

Il est évident qu'avec 2 contrats je gagnerai plus, mais bien sur que je prends aussi plus de risque. Il ne faudrait pas que ça se retourne contre moi.

Comme pour le reste il n'existe pas de réponse simple. Ou pour être exact, les réponses simples nous conduiront dans le mur tout autant qu'une mauvaise méthode de trading.


 

Le scaling fait partie de la stratégie inévitablement

Une bonne méthode de scaling doit être testée tout autant qu'une méthode de trading et doit être appliquée à la lettre. Sans cela, comme pour le trading, tout manque de discipline conduira forcément à l'échec.

C'est la raison pour laquelle, le scaling doit être intégré à la stratégie de trading.

Il existe plusieurs méthodes de gestion de la taille de position. Certaines sont célèbres et enseignées dans les grandes écoles.

Elles ont toutes des défauts et des qualités, aucune ne sera jamais parfaite. La bourse est un environnement en constante évolution et on ne peut jamais prévoir ce qu'il arrivera demain.

La méthode que nous avons développée est un mélange de théorie existante, avec une petite dose d'ingrédients maison empruntés à l'industrie automobile (les calculateurs que l'on trouve dans les ABS de voiture, si ça aide une voiture à mieux freiner, pourquoi pas un système de trading).


 

Le scaling ideal

Il y a une croyance très répandue sur internet qui voudrait qu'en trading on puisse gagner tous les jours avec des séries extraordinaires de taux de réussite, genre 99,9%.

Malheureusement la réalité est plus cruelle et ces chiffres sont souvent issus de manipulation et de discours marketing qui font rêver mais qui n'ont pas d'autre but que de faire vendre.

Vous imaginez bien que si c'était si simple, les résultats des fonds professionnels dans lequel travaillent des ingénieurs bardés de diplômes seraient tous bien plus étincelants.

Mais on le sait bien les promesses mirifiques font rêver et vendre.

Revenons à la réalité.

Le fait est que les meilleurs en trading ne gagnent pas si souvent que ça. Par contre, il leur arrive d'avoir des séries meilleures que d'autres. Zoom sur quelques meilleurs traders ici : http://www.objectifeco.com/a/le-trader.html ou l'ex protégé de Georges Soros, Victor Niederhoffer : http://en.wikipedia.org/wiki/Victor_Niederhoffer

Effectivement, il arrive que le marché fasse des choses rares qui permettent parfois de gagner plus d'argent qu'en temps normal. Imaginons par exemple 15 séances de hausse consécutives.
 

 

Prendre conscience de la nature des robots de trading

Rappelons un instant qu'un robot n'a pas d'état d'âme. Quand il fait du trading, il a été programmé pour faire encore et encore la même chose. Il surveille, le marché, il entre, il sort. Rien d'autre, et surtout pas de sentiments.

Cette notion est fondamentale pour comprendre qu'il ne gagne pas parce qu'il est en forme ou bien inspiré. Il gagne parce que le marché fait quelque chose qui est parfaitement adapté à son style de trading. http://www.objectifeco.com/a/acheter-des-actions.html

Si je grossis le trait, lorsqu'on dit à un robot, acheter tous les matins pour revendre en début d'après midi, il gagnera si le marché monte bien dans cette période de temps. Et c'est le travail fait pour créer le robot qui aura déterminé que c'est une bonne idée, et qu'effectivement à long terme, cela rapporte car il y a plus de matinées haussières que baissières.

Quand cette technique rapporte, c'est bien le marché qui fait quelque chose d'adapté à cette idée de trading. Le robot lui n'y est pas pour grand chose, si ce n'est d'utiliser une bonne idée qui marche à ce moment la.

Tout ceux qui font du trading depuis quelques temps savent que le marché change et que ces changements peuvent être durables dans le temps.

Tout le monde se souvient de la mode des technos début 2000. N'importe quelle action montait. Cela a duré plus de 18 mois avant que le crash sur ce même secteur ne survienne.

Et bien chaque phénomène en bourse a son moment de mode avant de disparaître, pour un temps ou à tout jamais.

Parfois c'est un produit, mais bien plus souvent c'est un comportement sur le marché. Cela peut être un manque de volatilité par exemple. Cela peut être aussi l'Europe qui suit les Usa, ou l'inverse. Ou encore la devise Yen qui dicte la tendance. Il y a toujours une explication qui conduit à ces comportements.

Ces comportements sont parfois plus ou moins forts, mais quand ils s'installent, ils peuvent se répéter durablement.

Un robot de trading ne fait que suivre ces habitudes ni plus ni moins. On teste le passé pour valider que cette idée apporte un certain avantage, et on reproduit ce trading.

Tout système de trading va donc vivre des périodes plus propices que d'autres. C'est obligatoire.

De la même manière que tout trader sait que parfois son style de trading est plus adapté à tel ou tel marché.



 

Gagner plus quand vous êtes en phase !

Vous ne trouvez pas qu'il serait dommage de ne pas essayer de tirer profit de ces périodes de succès temporaire pour gagner plus ?

Le trading est déjà tellement dur qu'on ne doit pas se priver de capitaliser sur les périodes fastes.

Réciproquement, lorsque le temps se couvre, pourquoi continuer à s'exposer à pleine voile ?

C'est ce que va faire le scaling, augmenter progressivement la taille de notre position lorsque l'on gagne de plus en plus pour profiter de cette bonne forme, la réduire lorsque l'on va rencontrer des conditions moins propices pour limiter les pertes.

 

 

Comment on fait du scaling ?

Il n'est pas possible de faire du scaling avec toutes les stratégies de trading.

Prenons par exemple une stratégie qui marche bien car lorsqu'une position est gagnante elle gagne énormément d'argent, mais le reste du temps elle prend plein de petite pertes. Son taux de réussite serait de 10%.

Vous comprenez bien qu'il va être très compliqué de prévoir l'opération gagnante puisqu'elle est rare. Agir sur le volume pour une stratégie qui gagne peu est impossible.

De même, prenons une stratégie qui gagne souvent mais lorsqu'elle perd rarement cette perte est très importante. Si on a un volume maximum sur cette position rare mais perdante, on va massacrer son compte.

Vous comprenez que le scaling n'est possible qu'avec des stratégies adaptées.


 

La bonne nouvelle

Heureusement il y a une TRES BONNE NOUVELLE : les stratégies qui vont être des candidates idéales pour le scaling sont très proches de ce que rêvent de faire les traders !

Regardez pourquoi : il faut avoir un bon taux de réussite pour que l'ajustement du volume joue en notre faveur.

Il faut que les pertes soient raisonnables pour éviter qu'une grosse perte avec un gros volume ne compromette tout le compte

Il faut que la stratégie soit capable d'enchainer pas mal de positions gagnantes consécutives, pour que l'augmentation du volume fasse effet !

Il faut que les positions ne soient pas trop longues pour que la stratégie puisse ajuster le volume fréquemment.

C'est pas le rêve ça ? Un fort taux de réussite, pas beaucoup en position ou brièvement, des stops pour contenir des pertes raisonnables et des séries de plusieurs gains consécutifs.

Chaque rêve a son prix, et dans notre cas, les stratégies adaptées au scaling sont bien plus rares que les autres.


 

Appliquer le scaling sur une stratégie adaptée

Maintenant que nous avons défini une stratégie idéale, il ne nous reste plus qu'a appliquer notre algorithme de scaling dessus. En plus de décider quand acheter et quand vendre, cet algorithme va nous dire quel doit être la taille de la position.

Et la, la logique est simplissime, plus je gagne, plus j'augmente la taille de ma position pour profiter de la série de gains et de la bonne forme de ma stratégie.

Et quand je commence à perdre, je réduis le volume pour limiter les conséquences des pertes sur mon compte.


 

Un dernier détail à comprendre

Lorsque je trade 1 contrat (CFD ou autre) et que je passe à 2. Il est évident que le prochain gain ou la prochaine perte sera 2 fois plus important.

Vous comprenez facilement que cette mécanique est bien trop violente pour que ce soit une bonne idée. C'est un peu comme si je suis en deuxieme vitesse déjà bien lancé et que je passe en première, il y a de grande chance que la boite de vitesse hurle et que si j'y parviens le moteur s'emballe ou explose.

C'est simple : l'effet démultiplicateur est trop violent.

C'est une erreur faite par de nombreux débutants, il applique le scaling en partant de 1 et la violence des augmentations ou des diminutions met à mal leur compte et la logique même. http://www.objectifeco.com/a/la-bourse-pour-les-nuls.html

Le petite secret, c'est que pour démarrer et éviter cette violence, il faut démarrer déjà avec un certain volume pour que l'ajustement soit un amortisseur et pas une secousse.

Par exemple, si je démarre avec 6 contrats et que j'en met (ou en enlève) un seul, vous voyez bien que l'impact sur mon prochain trade sera progressif.

Vous vous rappelez qu'en tout début de ce dossier, je vous ais mis en avant un des atouts majeurs des CFD sur tous les autres produits: leur taille riquiqui !

On peut trader 6 contrats sur le CAC pour 2500 euros sans aucun levier. Pour faire la même chose sur les futures, il faudrait 250 000 euros ! Idem pour les small caps. Un gars comme David Renan serait gêné avec ce genre de logique : http://davidrenan.com/

Avec un levier tout a fait raisonnable de 3, il faut moins de 1000 euros pour commencer avec 6 CFD.

Idem sur l'Or, avec 1000 euros, on peut travailler 6 CFD avec un levier contenu de 6 (je rappelle que les courtiers autorisent des leviers de 100 sur les métaux). http://www.bestcfd.com/trader-en-ligne.html


 

Concrètement qu'est ce qui va se passer ?

Si tout se passe bien, je commence à 6 puis après quelques gains, au lieu d'acheter 6, la stratégie va acheter 7 ou 8, et ainsi de suite. Plus je gagne, plus mon capital augmente, plus j'investis.

Lorsque je me mets à perdre, idem. Si je trade avec 6 et que j'enchaine quelques pertes, je réduis à 5 ou 4... jusqu'à ne plus trader que 1 ou 2 contrats si la stratégie n'enchaine que des mauvaises positions dans un marché qu'elle n'apprécie guère.

Mais ce qui est beaucoup plus intéressant, c'est ce qui va se passer après un très bon cas de figure.

Imaginons que la stratégie passe de 6 a 30 en quelques semaines. Votre capital a progressé en conséquence.

Vous êtes d'accord avec moi qu'il serait bien dommage d'attendre d'être revenu à votre capital de départ pour trader de nouveau avec 6 contrats. L'idéal serait qu'à partir de 30, la stratégie soit capable de freiner assez fortement pour descendre à 20 puis 10 puis 6 (avec étapes intermédiaires si besoin) bien plus vite qu'elle n'a fait ce chemin inverse.

Et bien c'est exactement de cette manière que notre algorithme réfléchit. Nous l'avons développé pour qu'il freine bien plus fort qu'il n'accélère afin de protéger les gains déjà acquis. Génial non ?


 

Attention...

Le volume envoyé à chaque ordre fait partie de la logique de la stratégie. Cela veut dire qu'il ne peut pas être adapté au cas par cas. Je m'explique.

Si une stratégie a connu un certain succès et passe aujourd'hui des ordres de 30 parce qu'elle a gagner beaucoup d'argent, si elle m'intéresse je dois la suivre avec un volume de 30.

Le seul moyen de revenir à 6 (c'est soit après une série de perte, pas sur qu'elle vous intéressera toujours à ce moment là), ou bien si nous remettons le curseur à zéro pour redémarrer à 6.

C'est quelque chose que nous ferons bien évidemment, mais vous comprenez qu'avec le travail que ça demande, nous ne pourrons pas le faire si régulièrement que ça.

Alors n'oubliez pas que si vous voulez faire partie de cette aventure, il va falloir réserver son ticket.


 

Le scaling ce n'est pas une martingale

Après m'avoir lu, vous devez vous demander en quoi cette solution diffère de ce que vous avez déjà vu par ailleurs sur internet et qui a l'air bien plus beau.

Effectivement sans trop chercher, lorsqu'on s'intéresse au trading à fort potentiel, on tombe rapidement sur des sites qui vantent des stratégies de trading incroyables qui ne perdent jamais et qui font exploser le compteur de gain.

Seul soucis, si on trouve de très nombreux site qui vendent ces méthodes, les seuls témoignages qui parlent des mêmes méthodes sont celles des gens qui ont été ruiné avec. Les vendeurs répondent alors que les gagnants préfèrent garder l'anonymat et la discrétion ce qui serait bien compréhensible.

Seul petit soucis, c'est faux. Sans aucune intention de polémiquer, je vais vous expliquer ce qui se passe.

On appelle ces stratégies des martingales. Les vendeurs n'aiment pas trop ce terme car il a mauvaise presse (et pour cause) et pourtant c'est bien le cas.


 

Le trading avec une martingale suit deux logiques principalement

Un, on ne coupe que les positions gagnantes. Les positions perdantes sont conservées jusqu'à ce qu'un jour elle repasse en gain. Pour ce faire, on fait même ce qu'on appelle des moyennes en baisse, pour diminuer le prix de revient de cette position, en espérant un rebond du marché.

C'est comme ça que l'on obtient des taux de réussite exceptionnels. Sauf que le jour ou le marché ne revient pas sur le prix de départ, c'est la ruine assurée puisqu'on passe son temps à faire grossir une position perdante, tout l'inverse d'une bonne gestion.

Il est possible de trouver une période favorable à cette idée sur n'importe quel marché. Il suffit de trouver une période ou le marché évolue en crabe avec une faible volatilité. Sauf que la volatilité est inhérente à la bourse et le jour ou le marché s'anime de trop et s'envole, les pertes latentes explosent et le compte avec.

Deux, la gestion du volume est beaucoup trop rapide et ne conduit qu'à la ruine. Ces produits ne sont que des produits marketing. Ils veulent vous en mettre plein la vue pour que vous achetiez leur méthode. Donc il pousse l'accélérateur à fond et les volumes tradés s'envolent presque plus vite que le compteur de gains. Sur le papier c'est magnifique. On a des courbes stratosphériques qui transforment un compte de 100 euros en millionnaire avant la fin de l'année.

Mais dans la réalité, ce qui se passe c'est qu'au moindre coup de grisous sur le marché, votre compte va finir sa course comme le Titanic qui ne devait pas rencontrer d'iceberg de cette taille sous ces latitudes et qui de toute façon ne pouvait pas couler.

La bourse est faite de choses qui ne devait jamais arriver. Les livres d'histoire en regorgent, dixit Warren Buffet : http://www.zonebourse.com/barons-bourse/warren-buffett-6/biographie/

Un volume trop agressif est la meilleure manière de faire sauter votre compte.



 

Manipuler les tests pour vendre

Il y a beaucoup d'autres manières de manipuler les tests d'une stratégie sur le papier. La constante est la même. Tout les vendeurs de ces produits miracles n'existent que depuis quelques mois, et pour cause, avant ils étaient occupés à fourguer un autre produit sous un autre nom.

Je vous invite à faire une recherche sur mon nom. Depuis le début de ma carrière, j'exerce en mon nom propre jamais avec un pseudo. Internet n'oublie jamais rien.

Cela fait 19 ans que je fais ce métier et l'historique de mon nom sur google ou tout autre moteur de recherche parle de lui même.


 

Synthèse

 

Avantages et Inconvénient du scaling


+ Le scaling amplifie les gains lors de bonne série de trading

+ Le scaling diminue la taille des positions lorsque l'on enchaine des pertes

+ Le scaling est basé sur des stratégies faciles à vivre, taux de réussite important, trade court, perte contenue, série importante de gains.


 

Si on démarre avec une mauvaise série, on mettra plus de temps à remonter au niveau d'origine qu'avec du trading à volume constant

Une fois qu'on a gagné pas mal, comme le volume a augmenté, la taille des pertes est parfois plus difficile à accepter psychologiquement. Elles sont conformes avec la taille du compte, pas nécessairement avec la psychologie du titulaire du compte.

Le volume est intégré à la stratégie, il faut donc la suivre depuis le début pour en profiter.

 


 

Un exemple concret
 

Petit détail pour bien comprendre : suivant la méthode de scaling utilisée, il est possible que les positions à la hausse (Buy) puissent avoir un volume différent des positions à la baisse (Short).

J'ai choisi dans les exemples qui suivent cette méthode de volume différent pour les Buy (positions à la hausse) et pour les Short (positions à la baisse).

On peut aussi avoir des gestions de volume plus ou moins dynamique. J'ai choisi un exemple qui nous permet de voir rapidement les changements en affichant quelques semaines de cours.
 

Commençons par l'exemple le plus évident, une augmentation du volume au fur et à mesure des gains, ici sur le marché de l'Or.


 


 


 

En haut, la courbe de l'Or avec les signaux. En bleu ceux a la hausse, en rouge, ceux á la baisse.

Sur chaque flèche le volume investit pour cette position en micro lot CFD.

En bas, la courbe des gains de la stratégie.
 

A gauche du graphique, on investit 17 lots à la hausse et 41 à la baisse (les positions baissières ayant plus rapportées dans le passé sur cet exemple).
 

On voit qu'au fur et à mesure des gains les volumes sont augmentés pour atteindre 20 pour les positions haussières et 51 pour les positions baissières.
 

On note la capacité du robot à adapter finement sa position grâce au micro lot.

Et aussi à ajuster sa position régulièrement puisque le graphique ne couvre que 3 semaines de cours.

 

Maintenant un exemple avec une réduction des volumes :


 


 


 

A gauche du graphique, 19 pour les positions haussières, 47 pour les positions baissières.

A droite, 2 semaines et demie plus tard, 17 pour les positions haussières, 41 pour les positions baissières.

Le robot a freiné beaucoup plus fort sur les positions baissières, d'abord parce que leur impact est plus important mais aussi parce que c'est là qu'il fait les plus grosses pertes.

 

Terminons maintenant avec une période un peu plus large ou l'on enchaine, une période de perte avant de rebondir.



 

A gauche 20 lots pour les positions haussières et 50 pour les positions baissières.

On voit bien que dans la chute, le volume est ajusté rapidement.

Puis quand les gains reprennent, le robot reprend confiance et recommence à augmenter ses positions.



 

Est ce que ca marche ?

Il est évident que l'on comprend facilement la logique, si je perds je réduit la voilure, si je gagne j'augmente mes positions.

Mais après tout, il suffirait que je mette un plus gros volume dés le départ pour gagner plus. Sauf que dans de cas, le risque serait déséquilibré.

 

Démonstration :

Prenons un compte avec 100 euros. On achète 1 micro lot OR. C'est a dire une valeur de 1000 euros environ.

Si j'investis, 1 lot tout le temps ca nous donne la courbe de performance suivante sur cette stratégie :


 

100 euros au départ, 2700 à l'arrivée 4 ans plus tard.

C'est bien mais vous avouerez que c'est quand même dommage de ne pas profiter de la performance exceptionnelle de cette stratégie.

On observe aussi que ça à l'air moins facile dans le dernier tiers.

Tout le problème de gérer soit même la taille de sa position c'est de se demander à quel moment j'en mets plus.

Il existe des tas d'hypothèses, par exemple à chaque fois que j'ai gagné 100 de plus, ou bien, chaque fois que je perds 3 fois consécutivement, ou au contraire, chaque fois que je gagne 3 fois.

Le scaling c'est ça, c'est un robot qui va s'occuper lui même de définir la taille de sa position en fonction de l'évolution des gains ou des pertes qu'il est en train de vivre.


 

Voyons ce que les mêmes signaux donnent avec le scaling cette fois ci :

 


 

100 euros au départ, 17 000 euros au bout de 4 ans, c'est mieux non ?

Mais plus important encore, voici quelques remarques :

 


 

La démonstration est faite : les gains en trading sont rares. Si on a la chance de choisir une bonne stratégie qui enchaine une bonne phase de gain, il est FONDAMENTAL d'en profiter pour capitaliser sur ces positions avec une gestion du volume.
 

C'est le scaling qui a véritablement le pouvoir de changer vos résultats de trading. Vous ne deviendrez pas des Georges Soros en puissance, http://georgesoros.com/ mais le potentiel de gains est réel.